DVD release of Sur les traces de ma mère (and Le deuxième commencement) in France

sltdmm_dvd

We’re proud to announce that Sur les traces de ma mère is finally available for you to own on DVD tomorrow! As a bonus feature, the DVD also contains Le deuxième commencement, which was André’s first French film.

sltdmm_05

Synopsis Sur les traces de ma mère : Anam Wagner, un écrivain vivant à Bruxelles, part en déplacement à Berlin, sa ville natale, pour promouvoir son nouveau roman « Girl Asleep ». C’est aussi l’occasion pour lui de renouer avec sa famille dans le but de se réconcilier. Lors de son séjour, il croise deux anciens amants et surtout il rencontre Luc, un bel et mystérieux inconnu dont il tombe vite amoureux. Mais son passé mouvementé l’empêche de vraiment s’impliquer dans cette nouvelle relation. Anam doit tout d’abord retrouver ses racines, se réconcilier avec son passé et particulièrement avec sa mère, une actrice de série-B qu’il n’a pas vu depuis des années.

ldc

Synopsis Le deuxième commencement : André et Laurent ont eu une relation stable de dix ans. Puis leur amour s’est doucement éteint. Ils se sont séparés. André est retourné vivre dans son Allemagne natale. Après trois ans de célibat, Laurent rend visite pour la première fois à son ex et débarque à Berlin. Ils s’approchent prudemment l’un de l’autre. Et l’un et l’autre s’aperçoivent avec étonnement qu’un lien les unit encore, que leur amour n’est pas aussi éteint qu’ils le croyaient…

Click here or here or here to order your copy of Sur les traces de ma mère now!

Mardi 22 novembre 2016

»Sur les traces de ma mère«, critique du film de Ian Hansen
Un article de Gaspard Granaud, POP AND FILMS, 21 novembre 2016.

sltdmm_03

Critique du film Sur les traces de ma mère, réalisé par Ian Hansen. Produit en 2016. Présenté au Festival Chéries Chéris 2016.

Anam (André Schneider) revient à Berlin pour faire la promotion de son dernier roman et rendre visite à son père (Hubert Burczek) et son frère (Andreas Adam). L’occasion pour l’auteur de tenter de faire le point sur sa vie, à jamais marquée par l’absence de sa mère, une femme sublime et actrice de séries B (Marisa Mell) qui avait abandonné toute sa famille pour se consacrer à sa carrière 30 ans plus tôt. Une disparition qui fragilise encore le papa d’Anam et de Roman, vivant replié sur lui-même, ressassant le passé en permanence.

Ses deux garçons ont, eux, envie d’avancer. Roman s’apprête à partir pour une année sur une île à l’autre bout du monde, Anam voyage de corps en corps, de filles en garçons, sans attache, cherchant plus que de raison à savourer l’instant présent. Alors qu’il recroise d’anciens amants et s’éprend d’un beau français, Luc (Thomas Laroppe), Anam est amené à s’interroger sur son incapacité à se fixer et les similitudes de son existence avec celle, en partie fantasmée, de sa mère…

sltdmm_02

Sur les traces de ma mère est le premier long-métrage réalisé « par accident » par Ian Hansen. Ce dernier qui rodait sur le plateau du tournage du film, s’est vu confié la mise en scène par André Schneider, qui souhaitait se délester de cette tâche, tenant le rôle principal et en étant déjà le scénariste et producteur. On retrouve beaucoup de l’univers de Schneider dans le film : son amour quasi obsessionnel pour la Nouvelle Vague, son goût pour les conversations à coeur ouvert, une trame très intime qui joue de la pureté du minimalisme.

Le résultat est assurément attachant, touche de par sa modestie et multiplie les petits éclats de vérité. Hélas, la technique fait souvent défaut et les maladresses abondent. Le film souffre de gros problèmes de son : l’une des premières scènes est si mal doublée qu’elle laisse le spectateur sur le carreau, d’autres passages sont difficilement audibles. Même avec la meilleure volonté du monde, on décroche plusieurs fois avec la sensation d’être devant un premier long d’étudiant en Fac de cinéma qui n’a pas encore fini sa crise d’adolescent. Dommage car la forme est parfois jolie.

sltdmm_10

Enième variation sur la quête de sens de l’existence, sur la fragilité des liens humains, de l’amour et du désir, « Sur les traces de ma mère » fait un drôle d’effet, donnant lieu à des scènes vraiment réussies et séduisant par leur naturel (on pense à celles avec le père et le frère, tous deux très bien incarnés, aux passages avec « le meilleur amant » Fred qui entre mièvrerie et confrontation visent juste) comme à des moments parfois franchement embarrassants (cette façon irritante qu’a André Schneider d’un peu trop se regarder le nombril et de se poser en artiste et amoureux maudit). Un film « attachant » par excellence si on veut.