Mercredi 22 octobre 2014

Les insatiables (IJ Biermann, 2004) : tuer l’ennui
Un article de Gaspard Granaud, POP AND FILMS, 21 octobre 2014.

Deed Poll

Ivy (Barbara Kowa) et Sean (Rainer Maria Wittenauer) sont jumeaux. Séduisants et pervers, enfants d’un homme richissime, ils tuent l’ennui en jouant aux cartes ou en faisant l’amour ensemble. Alors que leur relation incestueuse est sur le point d’être découverte, ils assassinent leur père et héritent de sa fortune et de sa propriété. Désormais plus rien ne les retient pour laisser libre cours à leurs pulsions. Désireuse de pimenter sa liaison malsaine avec son frère, Ivy décide d’engager un jeune prostitué bisexuel, Nathaniel (André Schneider), pour qu’il couche avec eux deux. Au fil des rendez-vous, les jeux vicieux dérapent…

Deed Poll

Pas tout à fait en noir et blanc, pas en couleur non plus, ce court-métrage diabolique réalisé par IJ Biermann et écrit par André Schneider nous plonge dans un univers pour le moins inconfortable. L’introduction évoque les films noirs des années 40-50 avec un crime, une femme blonde et fatale. Sauf que le réalisateur filme ici une relation incestueuse et vicieuse entre un frère et sa sœur. Ils sont riches, ils sont beaux, ils ont tout pour eux mais ils s’ennuient. Repliés sur eux-mêmes il n’y a que la subversion pour les divertir. Le plus sale sera le mieux. Les dialogues comme les images se plaisent à choquer, c’est vraiment dérangeant par moments et en même temps se déploie une curieuse atmosphère, élégante, hors du temps, comme un doux venin qui finit par lui aussi couler dans nos veines.
On rit jaune face à la figure diabolique de Ivy, garce manipulatrice et névrosée qui contamine chaque homme qui vient se frotter à elle. Erotisme troublant, flirt avec l’explicite et les tabous, drogue… On est pas surpris d’apprendre que ce projet insolent et amoral avait divisé lors de sa présentation en festivals il y a 10 ans tant il confronte le spectateur à ses propres limites avec un ton piquant et une forme sensorielle qui titille sans cesse l’obscurité. Il émane pourtant de ce cauchemar éveillé quelque chose de très fort, qui marque au fer rouge. De l’inhumanité, la monstruosité, jaillissent des formes impensables de beauté et de sensibilité. Une curiosité.

Film disponible sur le DVD Par-courts Gay Volume 1 aux éditions Optimale.

Advertisements

One thought on “Mercredi 22 octobre 2014

  1. Pingback: 27. Oktober 2014 | Vivàsvan Pictures / André Schneider

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s